Home > Articles > Être en forme



 
   Download for
   free in a new
   e-book format !








This article is now in its own e-book

Download and read it now for FREE


This article is also part of the book: Looking at  Ourselves along with 17 more articles, including 2 new bonus articles

 








Download the 176-page
e-book now
Or buy the
176-page paperback book version


About these articles...

How to use them
How to get more help
How to get a printed copy
How you can help us

 
How to use them to take it further for yourself...


These articles are taken from one or more sessions with a particular person. They remain true to the original work with some editing to make them more easily readable.

If you are reading this article as a way to explore and solve a similar issue of your own, we hope you find it helpful.

They are not just narratives of someone else getting help, but are written to highlight three main areas so you can learn along:

1)

pointing out the tools of the LearningMethods work and explaining how they are being used so you can learn how to apply them for yourself,

2)

uncovering more about the underlying causes and seductive traps of specific problems and how to liberate yourself,

3)

and revealing the knowledge about ourselves that we gain along this journey of discovery towards freedom in our lives and harmony with others.


Getting more help...
If the article raises further questions for you or you feel you'd like help from a qualified LearningMethods teacher to solve this or other issues, you can arrange for a session by phone, or a session in person if you are close to a teacher (see teachers list).

Even if you have suffered under a problem for a long time, it is very possible to be liberated. With a skilled teacher helping you learn to use the tools of the Learning-Methods approach, real change is just around the corner and can happen a lot faster than you dared hope.

 

Join our mailing list:
and we'll notify you of upcoming events as they become available, including details of any new publications or recordings, and of the new LMOnline training.

  
  La Bibliothèque LearningMethods

Être en forme
Extraits d’une Conversation avec David Gorman

Interviewé par Sean Carey, PhD

Première parution dans "The Alexander Review", Vol.4, 1989
Traduction : Eillen Sellam et Alison Murray

Sean Carey:
De nos jours beaucoup d’entre nous ont un programme de remise en forme. Les motivations sont variées, une des plus courante est de vouloir obtenir une bonne résistance cardio-vasculaire. Très souvent le sport est considéré comme l’antidote de notre travail sédentaire. En tant qu’enseignant de la méthode Alexander, qu’en pensez-vous?

David Gorman:
Les gens ont le sentiment que leur travail n’est pas assez "physique", et leur demande seulement un effort mental. Très souvent ils sont motivés par leurs peurs: "je vais avoir une crise cardiaque ou je vais avoir mal au dos." Il faut que je fasse une activité sportive pour mon coeur et pour devenir plus fort. Une autre motivation va être de rattraper le temps perdu pour retrouver au plus vite sa forme; ce qui nous amène à penser qu’il faut souffrir pour être beau et en pleine forme. Si l’exercice n’est pas soutenu il ne va pas nous rendre fort, et s’il n’y a pas de douleur, ça ne va pas marcher!

Mais que cherchons-nous à accomplir lorsque l’on veut à tout prix être plus fort? Bien entendu, si la personne n’est pas dans le processus de changer ses habitudes, elle va les renforcer en alimentant « le cercle vicieux des habitudes ». En d’autres termes, si nous sommes contractés lors de nos activités quotidiennes, nous le serons encore plus lorsque nous faisons des exercices. Plus on se contracte dans ce type d’exercice qui nous rend ferme et dur si on utilise par exemple des poids et des appareils de musculation, plus on va avoir besoin d’atteindre une résistance cardio-vasculaire importante pour que le sang puisse circuler à travers les muscles noués et tendus. En fait, c’est assez révélateur que quelqu’un vive lors d’une leçon Alexander une profonde détente qui va diminuer ses tensions musculaires, sa tension artérielle peut chuter si brutalement qu’il va voir des taches noires, se sentir étourdi et cela peut aller jusqu’à l’évanouissement. Si cette personne se relâche, le sang peut circuler librement au lieu d’être comprimé dans des muscles crispés. Cela démontre clairement à quel point le coeur doit travailler lorsqu’une musculature est très tendue. Avant cette expérience de détente profonde, la seule chose que nous pouvions vivre est cet exubérant et séduisant sentiment de satisfaction qui suit l’effort.

Sean Carey:
Récemment, des écrivains spécialisés dans le domaine du sport s’éloignent de cette idée simpliste qu’une bonne résistance cardio vasculaire équivaut à être en bonne santé. Le docteur Dr. Kenneth Cooper’s Running Without Fear, (Bantam Books, 1986) le démontre clairement dans son livre où il essaye de répondre aux opinions et peurs suscitées par la mort de Jim Fixx le "dieu" de la course américaine lors de son entraînement en 1984 (auteur du The Complete Book of Running, Random House, 1977). Il énonce que les gens ne devraient pas se surmener, devraient avoir des examens médicaux réguliers, et c’est un mythe de croire que plus on fait du sport plus on va être en bonne santé. Bien que ses conseils soient sensés, Cooper ne considère pas la chose fondamentale qui est notre utilisation si ce n’est dans le cas des crises cardiaques qui sont souvent la conséquence d’une mauvaise utilisation de soi.

David Gorman:
Oui, c’est déjà mieux quelle que soit l’activité de moins forcer, mais avec ou sans force, il est évident que si on ne change pas notre utilisation, alors on ne change pas la base, on exerce seulement nos habitudes avec plus de force et de vigueur. S’ils n’ont pas changé leur utilisation, ils n’ont pas changé les schémas neuromusculaires construits au cours des années. Ils continuent à renforcer ces connections neuromusculaires ainsi que l’organisation des muscles, les facias, les articulations et bien-sûr se rattachent à la même expérience sensorielle. Au lieu de se poser cette question: « comment changer ce mouvement pour que je puisse le faire mieux? » on devrait explorer plutôt: « comment changer le "je" générateur du mouvement? »  Le mouvement va obligatoirement changer en fonction de mon changement. En d’autre termes, c’est bien de se modérer, mais vous avez raison, sans changer la base, il y a toujours une faille dans notre système peu importe les bienfaits procurés par le sport.

Sean Carey:
Beaucoup de professeurs Alexander vont dans l’autre extrême et découragent leurs élèves de pratiquer une activité que ce soit courir, ramer ou faire de la musculation. Apparemment ça cause problème puisque les gens vont répondre: « Alors, que vais-je faire à la place? j’ai envie de faire une activité ». Cela me parait une question légitime.

David Gorman:
Évidement si quelqu’un aime faire une activité tant mieux s’ils peuvent la faire avec une bonne utilisation. D’un autre côté, s’ils ne peuvent pas s’utiliser mieux et ils persistent malgré ça , c’est leur choix et ils doivent en assumer les conséquences. Mais ce n’est pas si simple que ca . Je vous donne un exemple, je donnais des cours à un passionné d’aviron. Assez vite, cela parut évident qu’il ne faisait pas beaucoup de progrès dans la méthode Alexander à cause du temps qu’il consacrait à l’aviron et les efforts fournis, le résultat était un torse affaissé et un dos courbé. Donc je lui ai dit qu’il avait deux possibilités. Soit , d’arrêter l’aviron pendant un certain temps pour apprendre la méthode et reprendre en suite en voyant s’il pouvait l’appliquer; soit de continuer à ramer en atténuant l’effort, en allant moins vite et prenant le temps d’explorer sa façon de ramer. Judicieusement, il choisit la deuxième possibilité. Je suis allé travailler avec lui dans son club lorsqu’il utilisait les machines et je l’ai observé lorsqu’il ramait dans la rivière. Ca a été très efficace et ( ce n’était pas une coïncidence) il ramait plus vite et plus facilement lorsqu’il retourna faire de la compétition. En fin de compte, il avait décidé de la façon de travailler. Ce n’était pas au professeur de choisir. On ne peut qu’exprimer ce que nous ferions à la place de l’élève ce qui lui parlera peut-être. Je pense que souvent il ne s’agit pas de dire à l’élève que son activité n’est pas bonne et qu’il devrait l’arrêter. Il s’agit plutôt de changer l’approche et de travailler avec eux de telle sorte qu’ils deviennent sensibles à leur utilisation pour qu’ils puissent remarquer s’ils s’utilisent mal dans l’activité qu’ils sont en train de faire. Si nous voulons, en tant que professeur, que nos élèves développent un système d’évaluation de leur propre utilisation, alors il faut leur permettre de faire leurs propres expériences et de découvrir ce qui marche ou ne marche pas pour eux.

Plus ils vont développer ce système, plus ils pourront savoir si une activité donnée peut avoir de la valeur pour eux à un moment précis.

Sean Carey:
Oui, je partage votre point de vue, et on met souvent de côté ce système d’évaluation même lorsqu’on cherche à introduire des moyens pour obtenir une meilleure coordination lors de certaines activités. Par exemple, l’anatomiste Philip Tobias a trouvé certaines similarités entre la danse classique et le karaté. Il écrit:

« J’ai eu la chance de travailler avec un maître de Karaté à Johannesburg et une troupe de danseurs classiques très enthousiastes. Cela m’a permit d’avoir une meilleure compréhension des mouvements utilisés pour ces deux activités. Entre autre, j’ai compris que pour obtenir une bonne dextérité il faut acquérir un bon équilibre. Et pour cela convertir les mauvaises postures en éliminant les torsions, les rotations du corps. »
(The Tottering Biped, Committee in Postgraduate Medical Education, University of New South Wales, 1982:56)

Tobias suggère que le simple fait de pratiquer le karaté ou la danse permet d’être équilibré. Cependant, d’après mon expérience sur plusieurs formes de karaté, ce n’est pas aussi simple. En plus, souvent le karaté est enseigné de façon tendue. L’idée d’effectuer un mouvement dans l’ouverture et la détente est peu répandue. En fait, il y a quelques semaines, je discutais avec un homme qui pratique le style Shotokan de Karaté. Il m’a fait une démonstration de gestes de défense, coups de pieds et coups de poings. Il utilisait beaucoup d’efforts et de tensions parce qu’on lui a appris à tirer ses épaules en arrière, ce qui raccourcit son torse, et crispe ses jambes.

David Gorman:
Je pense qu’il est possible de pratiquer le karaté en s’utilisant bien, mais bien-sûr, ce n’est pas possible si on commence en hissant ses épaules. Comme vous l’avez suggéré ce n’est pas le fait de pratiquer le karaté, la danse ou le t’ai chi qui apporte automatiquement un équilibre. Il en est de même en ce qui concerne la méthode Alexander. C’est la façon dont on effectue l’activité qui compte. Cependant, je suis d’accord avec les propos de Mr Tobias, nous avons besoin d’un bon "équilibre" et de bonnes postures pour obtenir une bonne coordination; sinon il demeure une faille à la base, peu importe l’activité. Quelque soit le moyen utilisé, le travail consiste à trouver comment nous interférons avec notre propre équilibre pour le laisser fonctionner naturellement. Il n’y a pas de doute, presque toutes les méthodes offrent à chacun la possibilité de se réaliser de façon harmonieuse — par exemple le Zen dans l’art chevaleresque du tirc à l’arc — mais il suffit de regarder autour de soi pour voir que cela arrive peu. Même si cette réalisation est possible, la technique s’adresse directement (et la réussite n’est pas toujours garantie!) à ces territoires de mauvaises postures/postures, déséquilibre/équilibre, action/réaction etc. De ce point de vue, la méthode Alexander est une pré-méthode qui offre une base pour sortir de sa mauvaise utilisation vers une meilleure pour pouvoir tirer profit de la méthode lors de notre activité favorite que ce soit, la danse, le karaté, un sport ou la vie en elle-même.

En ce qui concerne la danse classique, c’est une problématique particulière. Cette forme de danse est apparue dans le contexte artificiel et stylisé de la Cour Française. Pour éloigner l’aspect naturel des courtisans, cet aspect animal et pour que la vie devienne un art! Avec un tel passé, il est difficile de se libérer de ces valeurs. Il y a une grande différence avec les formes de danses contemporaines plus libres et par la même , les danses traditionnelles de Bali ou d’Afrique.   Le problème de base réside dans la façon dont les danseurs essayent d’obtenir le style classique. La plupart ont appris à bouger en imaginant une ligne qui les traverse et les tire vers le haut et cela fait partie de leur identité en tant que danseur classique. Après des heures et des heures de pratique ils deviennent très habiles contrôlent cette raideur, le plus important étant l’esthétique du mouvement. Ils ne sont pas en contact avec leur sensation interne et se concentrent surtout sur l’aspect visuel de leurs mouvements.

Sean Carey:
En d’autres termes, vous dites que la danse classique est un art artificiel qui implique tellement de tensions que c’est impossible de danser en ayant une bonne utilisation de soi?

David Gorman:
Je n’irai pas aussi loin, car il est possible de travailler avec les danseurs classiques pour qu’ils dansent avec moins de tensions, en se dégageant de cette idée de contrôle; ils peuvent expérimenter une détente dans le mouvement. C’est moins évident de travailler avec eux plutôt qu’avec des danseurs modernes qui ont plus de liberté pour explorer le plaisir et la globalité du mouvement. Mais bien-sûr cela dépend de la personne. Certains danseurs classiques sont très ouverts et réceptifs à ce travail. Il ne faut pas oublier que nous travaillons avec des individus qui ont chacun leur propre histoire.

Sean Carey:
On pourrait s’adresser aux danseurs classiques en leur suggérant de continuer à danser comme à leur habitude et d’introduire la méthode Alexander dans leur vie de tous les jours en dehors de la danse.

David Gorman:
De toutes les manières, ont en est tous là à un certain niveau. C’est impossible de penser tout le temps à la méthode, et plus l’activité est complexe, plus l’application de la méthode est difficile. C’est pourquoi une leçon commence traditionnellement par une activité aussi simple comme s’asseoir et se lever de chaise, marcher, ramasser quelque chose, pour que les élèves expérimentent suffisamment des outils qu’ils pourront utiliser pour d’autres activités plus complexes. Il est plus facile d’être conscient de son utilisation lorsque l’on se promène dans la rue que lorsque l’on est musicien professionnel et que l’on joue seul sur scène où on ne peut pas vraiment s’arrêter de jouer pour dire: « attendez un instant, là je me suis mal utilisé, je vais arranger cela et puis je continuerai à jouer ensuite ». Mais tous les artistes répètent et c’est à ce moment là qu’ils peuvent commencer à expérimenter la méthode. Et c’est mieux si nous pouvons en plus les aider en tant que professeurs. Si un élève peut passer du temps à s’exercer en mettant l’accent sur son utilisation plutôt que sur l’aspect technique de leur art, alors ils pourront de plus en plus être capable d’intégrer la méthode Alexander dans leurs vies et face au stress de la scène. Si en utilisant ce processus, ils se rendent compte que leur utilisation a changé au quotidien mais pas dans leur activité, alors, ils doivent décider s’ils veulent continuer leur activité. Un danseur par exemple qui expérimente une nouvelle qualité de mouvement plus libre et plus d’unité aura peut-être le souhait de s’orienter vers une forme de danse différente. Mais c’est à eux de faire choix compte tenu de leur expérience.

Sean Carey:
Si nous parlons maintenant des exercices isométriques où par exemple on pose les mains sur le chambranle d’une porte et l’on pousse fort de chaque côté, qu’en pensez-vous?

David Gorman:
Je dois avouer que je ne suis pas un fan des exercices isométriques car on exerce un effort, on pousse contre une résistance rigide et c’est presque impossible de ne pas se contracter. En y réfléchissant, la plupart des mauvaises utilisations sont des contractions isométriques. On se contracte dans des positions fixes contre notre propre résistance. Au lieu de pousser ou tirer contre une chambranle ou une machine, on tire ou on pousse une partie de soi contre une autre partie de soi. Apparemment, cela ne nous réussit pas, je ne vois pas de raison pour que cela marche contre une porte. Si on peut déjà s’utiliser de façon plus ouverte sans se rétrécir, il y a plein d’autres activités à faire plutôt que de s’utiliser en poussant contre une porte. Cependant, après avoir dit tout cela, j’aimerais rajouter que cela est vraiment le choix de chacun de faire ce qu’il veut de sa vie. Mon travail est d’aider les gens à découvrir leur façon d’agir, les conséquences de leurs actes pour qu’ils puissent être maîtres de leurs choix.

Sean Carey:
La dernière fois que nous avons discutés, vous m’avez dit que vous aviez des idées intéressantes au sujet des machines de Nautilus.

David Gorman:
Ah, oui, les professeurs Alexander ont tendance à être élitistes au sujet de l’aérobic, de la gymnastique et activités similaires, mais on peut aussi se dire que les équipements dans les salles de gym ( les machines de Nautilus sont les plus communes ) sont des bonnes occasions pour explorer notre habileté à nous utiliser. En fait, il y a des occasions dans quasiment toutes les activités ou situations pour utiliser "nos outils Alexander" si nous sommes prêts à lâcher nos préjudices.

Pour revenir à l’utilisation de ses machines, les machines de Nautilus sont constituées de plusieurs appareils, qui sont tous conçus pour travailler sur une partie spécifique, un pour les quadriceps, un pour le haut de la poitrine, un pour les cuisses, etc. Le nom Nautilus vient en fait d’un mécanisme d’engrenage qui a la forme d’une coquille de nautilus dans la machine qui fait en sorte que l’effort pour soulever les poids soit constant. La force nécessaire pour bouger les poids est plus forte lorsque l’on est au milieu du mouvement où le muscle est capable de plus de force. La force nécessaire diminue vers la fin du mouvement lorsque la capacité musculaire diminue. Généralement, il y a un banc ou un siège pour s’allonger ou s’asseoir, et on tire ou pousse les poignées ou barres pour soulever les poids et travailler sur des parties spécifiques. Le poids varie, généralement par unité de quatre kilos, de zéro ou quatre kilos à 50 kilos. Vous utilisez une machine et faites une série d’exercices, en choisissant les poids, puis vous continuez avec la machine suivante et faites une autre série, et ainsi de suite avec toute l’étendue des machines jusqu’à ce que l’ensemble du corps ait travaillé.

Cependant, ce que font la plupart des gens, c’est d’en faire trop, ils mettent le poids maximum qu’ils peuvent bouger lors d’un cycle de répétitions. Avec cette quantité de poids, ils ne peuvent pas le bouger de façon libre et ouverte mais ils le font en se raidissant. Lorsqu’un élève vient en leçon, c’est facile de voir s’il a été à la gym le jour précédent. Ils arrivent tout en tension, durs, fermes, compacts.

Ils pensent qu’ils deviennent plus fort et c’est vrai, ils deviennent plus fort à se ramasser en eux et à utiliser leur énergie contre eux même en se fortifiant et se raidissant. De notre point de vue, ceci n’est évidemment pas souhaitable, même si c’est considéré comme une vertue dans notre "culture de gym" d’avoir un corps dur.

Cependant d’une façon intrinsèque, il n’y a rien de mauvais dans ces machines. Si vous êtes prêts à changer la façon dont vous vous utilisez, elles peuvent vous apporter beaucoup. La première étape est de retirer tous ces poids et de mettre le poids qui vous permet de faire les mouvements sans forcer et sans se raidir. D’après mon expérience, pour la plupart d’entre nous, c’est souvent pas plus de 5 kilos pour commencer. Malheureusement, je n’ai pas eu l’occasion de travailler avec quelqu’un qui utilise ces machines suffisamment longtemps pour voir s’ils peuvent augmenter le poids par la suite. Lorsque j’ai aidé quelqu’un, 5 kilos était suffisant pour un bonne séance d’entraînement..

Prenons l’exemple de la machine qui fait travailler les pectoraux. Vous êtes assis droits, les bras sur les côtés et les avants bras en haut, vous pressez les appareils pour amener les bras devant vous, puis les bras retournent sur les côtés et ainsi de suite. Généralement les gens poussent de toutes leurs forces pour amener les bras devant, en tenant leur respiration pendant l’effort et relâchent tout d’un seul coup pour que les poids reviennent sur les côtés. Les entraîneurs conseillent souvent d’expirer pendant l’effort lorsque les bras se rapprochent et d’inspirer lorsque les bras s’éloignent. Cela renforce l’idée que le vrai travail s’effectue lors de la contraction des muscles lorsque l’on rapproche les bras, et l’ouverture des bras est juste pour se préparer pour la prochaine fermeture, ou là "ça travaille". Ce n’est pas comme cela que les machines fonctionnent et un bon entraîneur va surveiller une attention égale présente dans les deux directions.

Pour revenir à savoir comment utiliser ces machines. Enlever la plupart des poids. Ensuite, le challenge est d’être capable de réaliser les mouvements avec un certain poids sans avoir besoin de se raidir au niveau des côtes, de l’abdomen, du bas du dos, des épaules et partout ailleurs. Et sans avoir besoin d’interférer la respiration ou de la forcer à suivre un rythme simpliste avec les mouvements. Laissez la trouver sa propre harmonie, sans vouloir contrôler son rythme. Pouvez-vous vous relâcher sur le siège et utiliser toute l’étendue de la machine, sans écraser la poitrine devant ou les omoplates dans le dos. Pouvez vous soutenir le poids pendant tout le mouvement avec une détente égale lors des deux directions de mouvements, surtout lors des mouvements d’ouverture ou vous portez le poids en continuant à laisser les muscles s’allonger. Pouvez vous garder ce relâchement avec des mouvements plus ou moins rapides? On peut expérimenter toutes sortes de choses .

Ce que vous allez travailler, ce n’est pas un rétrécissement du reste du corps pour travailler une partie en vous contractant, mais être capable d’être libre et ouvert en faisant l’exercice malgré le poids. C’est une habileté qui a de la valeur et que l’on peut utiliser en dehors des cours de musculation! En plus, vous allez découvrir en travaillant ainsi, que même si vous pensiez que 5 kilos, ce n’était rien, à la fin de 10 répétitions, vous allez avoir autant travaillé voir plus que ce vous faisiez avant avec 25 kilos. Tous ceux avec qui j’ai travaillé ainsi ont dit qu’ils ont senti l’effet grisant après l’exercice aussi fortement voir plus qu’avec des poids lourds, et en plus, ils ont la joie d’avoir appris quelque chose de constructif.

Travailler ainsi, enlève l’idée de faire de l’exercice avec des "parties" mais c’est s’utiliser dans sa globalité pendant toute l’activité. Cette machine et les exercices que l’on peut y faire est un moyen plus large pour prêter attention sur comment vous utilisez le reste de vous même. L’idée derrière tout cela est simple, mais ce n’est pas évident à réaliser dans l’environnement habituel des salles de gym, car il faut passer du temps pour continuer à rester relâché à travers la répétition des mouvements. Pour l’exercice, c’est une bonne chose car vous passez plus de temps dans un état détendu lors de ces mouvements. Mais pour beaucoup, c’est difficile de prendre le temps nécessaire s’ils sentent que les autres fans de musculation attendent pour utiliser les machines et ricanent derrière eux: « Regarde cette mauviette, il ne soulève que 5 kilos. Dépêche-toi et laisse les vrais hommes se muscler ».

~~~~~~~~

il y a une petite biographie de l'auteur ci-dessous.

Lisez cet article en anglais    Read this article in English
Lisez les autres articles par David Gorman et les autres

 

Télécharger cet article en anglais gratuitement en forme e-livre
Aussi en forme de livre de poche
   
 

 
This article (along with 17 others including two
new bonus articles never-before-published) is
available in the e-book, Looking at Ourselves

Download the 176-page e-book now
or buy it in its original
1176-page print paperback format.
Le télécharger
maintenant
de
LearningMethods
Publications
 

  

 

  
Au sujet de l'auteur

David Gorman était artiste et intéressé par l’anatomie humaine quand il est « tombé » sur la Technique Alexander en 1972 et a immédiatement reconnu son grand pouvoir de changement. Il a suivi sa formation à Londres avec Walter Carrington, est devenu professeur de la technique en 1980, juste avant la parution de The Body Moveable, son texte illustré de 600 pages sur notre merveilleuse structure humaine qui en est maintenant à sa 6ème édition.

Avec son expérience de la connaissance anatomique il a eu la chance d’être invité à enseigner dans de très nombreux centres de formation à la Technique Alexander autour du monde ainsi que des cours de formation pour Feldenkrais, l’ostéopathie, la chiropractie, le massage, pour des médecins dans des hôpitaux et des cliniques de rééducation, et dans de nombreuses universités d’art du spectacle, des orchestres et des conservatoires.

Il a donné la Conférence commémorative de STAT sur FM Alexander en 1984, intitulée « Réflexion sur nos réflexions sur nous-mêmes », et a été directeur d’un Centre de Formation pour professeurs de la Technique Alexander à Londres des années 80 à 90. Il a été l’Assistant Editeur de la Revue Alexander, un membre du Conseil de STAT, un membre fondateur de CanSTAT, NASTAT (AmSTAT) ainsi que le principal architecte du statut des Sociétés Affiliées, et du processus de certification par parrainage d’ATI. Il est également l’auteur de Looking at Ourselves, un ensemble d’articles en anglais sur la Technique Alexander.

Avec le temps, son changement de compréhension à propos des causes premières des problèmes des gens l’a conduit à continuellement améliorer son enseignement de la Technique Alexander pour trouver des chemins toujours plus efficaces pour aider la transformation des personnes et particulièrement à devenir autonome dans leur apprentissage.

Il est aussi devenu clair qu’un grand nombre des difficultés des gens ne se résumaient pas uniquement à leur usage physique mais avaient à voir avec leurs idées, leurs croyances et pensées, aussi David a développé une nouvelle approche complémentaire, LearningMethods (et , Anatomy of Wholeness à propos de notre système de coordination humain), pour aider les gens à explorer et à changer dans ces domaines. Ce travail multi-facettes est à présent intégré dans le programme d’écoles d’art du spectacle en Europe, au Canada, et aux Etats-Unis grâce au nombre croissant de enseignants de LearningMethods.

David écrit un nouveau livre, dont certaines parties seront rapidement disponibles en format livre or e-book, et depuis plusieurs années à présent il dirige un apprentissage modulaire en LearningMethods, Technique Alexander, et l’Anatomie de la Globalité « Anatomy of Wholeness », devenant pionnier de nouvelles voies d’apprentissage et d’enseignement par le biais de vidéo conférences en ligne.

DAVID GORMAN
Courriel:     Téléphone: +1 416-519-5470
78 Tilden Crescent, Etobicoke, Ontario  M9P 1V7  Canada   (carte)